Pages

mercredi 29 avril 2009

Innondations au Maroc : les murs en souffrance de notre maison d'Ouled Emgatel

Chaque retour à la campagne me rappelle les inondations, et la nuit où nous avons dormi dans le bureau, de peur que les murs de notre chambre soient emportés par le torrent infernal de boue qui déboulait de la colline.

Ce qui s’est passé ces huit derniers mois peut se lire sur les murs de la maison.

C’est une histoire un peu triste…

Une histoire douloureuse…

L’histoire de ce qu’on avait construit, qu’il allait falloir reconstruire…

L’histoire d’une maison en terre qui avait changé de visage.

jeudi 23 avril 2009

Le conteur, sa guitare, et un millier de petites oreilles

Grand jour pour Fred… un nouveau spectacle de contes pour enfants commandé par l'institut français de Fès, en français et en arabe, pour la toute première fois !

- et comme vous l'avez peut-être remarqué, la maison d'Ouled Emgatel figure aussi (un petit peu) dans le programme !

vendredi 17 avril 2009

Une bonne nouvelle, et une autre bonne nouvelle à Ouled Emgatel

Alors, je commence par laquelle ?

D’abord, comme promis par les voisins, et le soleil qui n’arrête pas de briller, la route a séché. Elle restera praticable, même si il pleut à nouveau, parce que la terre est sèche en profondeur - enfin, elle restera praticable jusqu’en octobre, au moins.

C’est une très, très bonne nouvelle évidemment. Mais on ne peut pas vivre dans la maison pour l’instant. Je ne peux pas vivre dans la maison - Fred s'accommoderait sans doute du manque d’eau courante (la pompe est cassée), des sols humides, des murs de la salle de bain qui menacent de s’écrouler, et des mille autres petites choses qui témoignent de l’intensité des pluies de ces derniers mois.

On restera donc à Fès tant que tout ça ne sera pas réglé.

Et ça le sera bientôt, certainement, parce qu’on a des plans pour tout refaire, et même plus.

Ce qui m’amène à la deuxième bonne nouvelle.

Le puits est plein. Il n’a jamais été aussi plein. Les habitants ont un sourire jusqu’au oreilles quand ils en parlent.

Et nous aussi on est content. Parce qu’avec l’eau, on - oui, on vit, on se lave, on mange, et tout et tout. Mais aussi on fait des briques.

Et donc, officiellement, la reconstruction, et l’agrandissement, de la maison en terre d’Ouled Emgatel est lancée.

(L’agrandissement ? oui, on est fous. Mais il nous faut une pièce en plus, pour Fouad et Bachir, qui passent de plus en plus de temps à la maison, et qui ont, jusqu’à présent, dormi dans la salle à manger…)

Tout ça va prendre du temps. Avec l’eau du puits, les garçons ont construit des briques - et ensuite, quand on aura le temps et l’argent, on construira une nouvelle pièce. Pour l’instant, on a des briques, et bientôt, un nouveau toit.

Pas de photo de tout ça, juste une photo prise depuis la voiture, sur la route d’Ouled Mgatel.