Pages

dimanche 27 juin 2010

Tarifa : Petite échappée

Petit voyage, à la mi-juin ; première échappée en fait depuis qu'on a commencé à bosser à la radio.

Quand je suis allée à Tarifa il y a quatre mois, je suis passée en coup de vent. Cette fois-ci, on a un peu plus pris le temps, et ça vaut vraiment le coup.

Coïncidence incroyable, le premier soir, dans un bar, on rencontre deux amis nancéens, Leila et Benoit (regardez le site que Leila a fait pour le chouette restaurant géorgien de Nancy, Chez Vassili). Comme c'est des vétérans de Tarifa, ils nous ont tout expliqué sur les canas et les croquetas. Miam miam.

Et le lendemain, on est parti Place du vent, pour faire une balade en bord de mer, qui s'est finie dans une étrange forêt de roseaux.

Mais malheureusement les vacances étaient trop courtes, et on a dû repartir trop tôt, beaucoup trop tôt à mon goût.

Si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à vous enfuir à Tarifa. La ville volera votre coeur ; et si vous trainez dans le bar le plus branché, vous aurez peut-être vous aussi la chance de voir Leila, avec ses chaussures vertes...


Tarifa

(petit clin d'oeil à mon précédent billet : un petit chardonneret chanteur, dans la maison voisine de notre hôtel)

Tarifa


Tarifa


Tarifa

Fred à Tarifa

(Fred était malade. Mais avec un turban ça allait mieux).

Tarifa


Tarifa

DSC01544

mercredi 2 juin 2010

Le chant des chardonnerets marocains

Bonjour à tous,

En parcourant la médina de Fès de long en large pour faire ses chroniques, Fred est tombé sur ce vitrier qui arrondit ses fins de moi en élevant des chardonnerets. Il leur apprend à chanter, en leur faisant écouter des CDs de chants d'oiseaux... Du coup, j'apprends que Marocains et Algériens sont passionnés d'oiseaux chanteurs, comme on peut le voir ici ou - et que ça prend même des proportions inquiétantes en Algérie. Ecoutez Authenticia, l'émission de Fred, demain à 13h45 heure marocaine, et 14h45 heure française, pour en savoir plus - sur Luxe Radio.

DSC01468

- et moi, cette semaine, je parle de trucs un peu fous dans ma chronique "les mots du luxe", à 15h15, notamment de talons, de mouches, et de perruques...