Pages

mardi 29 mars 2011

Une maison en terre au Maroc : Le (futur) palais d'Ouled Emgatel

Et voilà, enfin, j'y suis retournée, et j'ai vu de mes propres yeux l'avancement des travaux de notre maison en terre marocaine.

Et ça valait le coup, croyez-moi.

Arrivée sur le chemin, enfoui dans le champ de blé, et comme un ruisseau est né dans le creux du terrain, on doit abandonner la voiture à quelques dizaines de mètres de la maison.

Arrivée à Ouled Emgatel

La maison en terre

J'ai tout d'abord dû composer avec le nouveau gardien de la maison, moins commode qu'il n'y parait -mais d'une grande efficacité : plus une souris en vue, nos livres peuvent enfin respirer.

Titi, gardien de la maison

Finalement, j'ai pu visiter la maison, avec ses nouvelles pièces, son allure transformée, et le trou béant qu'il a fallu creuser pour protéger notre petit domaine des pluies agressives.



Chez nous


Notre maison en terre au Maroc

La terrasse

La maison

Notre chambre, qui sera, je n'en doute pas, magnifique une fois terminée - elle est dotée d'une baie vitrée qui donne sur les majestueux oliviers voisins.

Notre future chambre

La maison en terre et l'âne de Bachir

N'oublions pas nos tous jeunes et fragiles oliviers, maintenant protégés par une barrière végétale construite par notre voisin.

Un de nos jeunes oliviers


Pour comparer, la maison en 2008 (prise en photo au mois de juin, après que la moisson).

Our mudbrick house in Morocco

Et maintenant.

Notre maison en terre

dimanche 6 mars 2011

Hassan al Wazzan-Léon l'Africain, les photos

Mardi soir, c'était donc la première de Hassan al Wazzan, Léon l'Africain, une pièce écrite par Anouar Al Mortaji et mise en scène par Bousselham Daif.

Fred y tenait le rôle principal, celui de Hassan/Léon, un homme au destin extraordinaire. (Si ça vous intéresse, lisez son histoire ici).

Je suis donc allée voir la pièce, ce soir-là à Meknès.


DSC01926

DSC01910

Alors, ça commence dans un aéroport...

DSC01932


Les comédiens au grand complet : de gauche à droite, Benaissa El Jirari, Mostapha Khalili, Frédéric Calmès, Réda Benaïm, et Maha Zerouati.

DSC01933

DSC01936

Hassan Al Wazzan et les "fous" :

DSC01941

Puis, il se rend en Afrique noire avec son assistant, et rencontre des chefs de tribu. Celui-ci est musulman :

DSC01952

Et celui-là (à gauche) est chrétien :

DSC01953



DSC01935

DSC01946

Ah tiens, voilà le pape :

DSC01963

Et voilà, Hassan Al Wazzan se transforme en Léon l'Africain :

DSC01976


DSC01972


Et il danse...

DSC01992


Il danse...

DSC01989

... à côté de sa femme, Jemina.

DSC01993

Et c'est fini.

DSC01997

Encore une fois, bravo à tous !

DSC02000

Et aussi au metteur en scène, Bousselham Daif.

DSC02001