Pages

jeudi 16 décembre 2010

L'année 2010 près du puits (ou pas)

Le temps passe vite... ça fait déjà presque deux mois que j'ai écrit mon dernier message sur ce blog.

C'est vrai que cette année, je n'ai pas été très régulière sur Près du puits. Seulement une vingtaine de billets, ouille.

Voici donc un petit résumé de cette année, en texte, puis en images.

  • En janvier, Près du puits est nominé aux "Best of Morocco Blog Awards", catégorie "blog personnel". Inexplicablement, des dizaines d'internautes votent pour moi, sans savoir que j'allais lâchement abandonner le blog dans les mois qui suivent. Je gagne le prix, et, encore plus inexplicablement, je ne profite même pas de mon cadeau -la visite d'un vignoble près de Meknès. J'ai vraiment trop de travail.

  • Ah oui, parce que c'est à cette époque que je change de boulot, quittant l'enseignement pour la radio. Cet évènement pousse Fred à construire une cabine d'enregistrement de compétition, au cours d'un week-end mémorable.

  • Puis, un voyage à Ceuta, et plusieurs allers-retours Fès-Tarifa. Rencontre avec une chèvre bien sympathique. Découverte des bars à tapas, et des bières à 1 euro 50.

  • En août, miracle ! En creusant dans un endroit étrangement mouillé, les garçons mettent à jour un puits sur le terrain d'Ouled Emgatel. Pas de pétrole malheureusement, comme le souligne un lecteur, juste de l'eau, un peu trouble et sale, mais de l'eau si précieuse. On n'a pas encore construit de piscine ni de fontaine, mais les plans sont prêts.

  • En août aussi, pour échapper à la chaleur brûlante de Fès, on part à Rabat une semaine. On teste la moitié des restaurants de la ville nouvelle, on prend des coups de soleil, et on regarde la mer.

  • Septembre : les travaux à Ouled Emgatel avancent bien. Je peux pas vous raconter avec beaucoup de précisions, Fred gère tout, moi je reste à Fès pour travailler devant mon écran. Je sais qu'à un moment, une pelleteuse a été sollicitée, et qu'un trou immense a été creusé derrière la maison. Tout ça est très mystérieux. La maison change complètement, c'est maintenant un manoir - pas encore terminé toutefois, à l'heure où j'écris ces mots. 

  • Toujours septembre, mais plus tard. La proprio de notre appartement nous menace, elle veut vendre, il faut qu'on parte. Tant mieux, je supportais plus de devoir travailler dans trois mètres carrés, coincée entre la porte d'entrée et la cuisine. On visite des appartements, on se désole, tout est très cher, mais finalement on trouve quelque chose tout près, un signe du destin. Il y a quelques cafards, mais ça ne nous fait pas peur : notre chat génial nous en débarrasse rapidement, en leur arrachant les pattes une à une (ouille). Quant au démontage/remontage de la cabine d'enregistrement de compétition, ça a été une autre paire de manche.

  • Novembre : une piste recouverte de sable, en travaux depuis des mois, est finalement terminée. Elle mène quasiment jusqu'à notre maison en terre d'Ouled Emgatel ! On jubile, on va enfin pouvoir y aller quelles que soient les conditions climatiques, sans s'embourber bêtement. Mais le bonheur est de courte durée. Aux premières grosses pluies, la piste fond : le sable était trop argileux (parce que quelqu'un a été pingre et n'a pas mis le revêtement nécessaire). Fred passe un coup de fil à un responsable politique, une pétition est signée, les habitants d'Ouled Emgatel se rendent à la commune et chez le Caïd. Succès total. (Enfin, attendons avant d'ouvrir la bouteille de champagne).

  • Décembre : Un retour en France  pour Noël. Enfin un billet sur le blog. 

Et pour vous, qu'est-ce qui s'est passé en 2010 ?

Maintenant, les photos, dans le désordre le plus complet. 












 


























samedi 9 octobre 2010

Le nouveau visage de notre maison en terre

Les news d'Ouled Emgatel :
  • Les travaux avancent bien
  • En même temps c'est obligé parce que la pluie arrive bientôt
  • Bon, mais pour l'instant on se croirait encore un peu en été
  • On (enfin, la pelleteuse) a arraché plein de terre à la colline, et c'est pas fini (pour faire un petit jardin tout plat)
  • Le sauna verra sans doute le jour, c'est très sérieux
  • Et il y a même une baie vitrée dans notre nouvelle chambre agrandie
La preuve en images :

DSC01777

DSC01773

DSC01770

(ça, c'est le puits)

DSC01785

DSC01771

(nouvelle ouverture dans la cuisine)

Le nouveau visage de la maison d'Ouled Mgatel

(notre manoir)

samedi 18 septembre 2010

Grands bouleversements dans notre maison au Maroc

Eh oui, ça y est, les travaux battent leur plein.

Je n'ai rien vu de mes propres yeux pour l'instant, mais chaque soir Fred me raconte ce qu'il a fait ou ce qu'il va faire - et prononce des mots magiques : baie vitrée, patio, jardin (encore un autre), sauna, et j'aurai même mon bureau à moi toute seule.

Pour l'instant je dois me contenter de ces quelques images qui m'ont fait un peu mal au coeur - mais les choses ont bien évolué depuis, et les murs ont été reconstruits.

DSC01597


Nouvelles fondations,

DSC01585


Nouveaux murs.


DSC01598

DSC01602

La chienne Lisa, indestructible et toujours fidèle au poste.


DSC01599


... et pendant ce temps à Fès, il y en a une qui se la coule douce... (et qui est bien contente que le ramadan soit fini).


DSC01616


vendredi 27 août 2010

Ouled Emgatel : Pourquoi il ne faut jamais perdre espoir



Parce que...

Notre maison en brique d'Ouled Mgatel

même dans la terre la plus aride...

DSC01764

et grise...

DSC01763

il y a...

DSC01750


un trésor...

DSC01751

un puits !

Notre puits ! ! !

... et le titre de mon blog était prophétique. On était beaucoup plus près du puits qu'on ne le pensait.

Depuis longtemps, on nous disait qu'il y avait un puits sur notre terrain. Mais... où ? ça, personne ne savait. Mais ces deux dernières années, il a beaucoup, beaucoup plu. Et à un endroit, en contrebas de notre maison, l'eau a affleuré; les garçons ont creusé, et là... surprise.

De l'eau, ça veut dire plus de citerne à faire ramener tous les quinze jours, ça veut dire un jardin vert toute l'année, ça veut dire plein de choses (bon ok, ça aurait été mieux s'il avait été en amont de la maison plutôt qu'en bas; mais Fred va nous trouver un moyen de faire venir l'eau, j'en doute pas).

mercredi 21 juillet 2010

"Frédéric el Hamdouchi"

Je profite que Fred soit près du puits pour se ressourcer (ou mettre les mains dans la boue) pour vous montrer sa dernière prestation sur 2M.



(Je ne sais pas qui a mis la vidéo en ligne, mais merci.)

Edit : D'autres vidéos de Fred sur la chaine Youtube de Micmeknes, merci Mickaël !





mardi 13 juillet 2010

Retour à la campagne

Oui, enfin pas tout à fait. Fred y est retourné seul la semaine dernière (je travaillais).

Vous voulez la bonne ou la mauvaise nouvelle d'abord ?

Allez, la mauvaise.

Notre maison en terre... après les tempêtes

Je crois que la photo parle d'elle-même.

Effectivement, la maison a souffert des pluies violentes de ces deux derniers hivers. Tout l'arrière est abimé, et la salle de bain menace de s'effondrer. On a relancé les travaux, ça devrait commencer bientôt. Le projet est de consolider la maison, et de faire un patio entouré de murs, pour avoir plus de fraicheur.

L'avant de la maison est moins endommagé. C'est même assez beau selon moi. L'herbe et les arbres ont bien poussé cette année.

DSC01583

La maison


Le jardin. Pas de melon, mais plein de romarin.


Le jardin



Le jardin

Ah oui, et la bonne nouvelle ?

Et bien, on a une fleur de la passion, c'est pas cool ça ?

Fleur de la passion



dimanche 27 juin 2010

Tarifa : Petite échappée

Petit voyage, à la mi-juin ; première échappée en fait depuis qu'on a commencé à bosser à la radio.

Quand je suis allée à Tarifa il y a quatre mois, je suis passée en coup de vent. Cette fois-ci, on a un peu plus pris le temps, et ça vaut vraiment le coup.

Coïncidence incroyable, le premier soir, dans un bar, on rencontre deux amis nancéens, Leila et Benoit (regardez le site que Leila a fait pour le chouette restaurant géorgien de Nancy, Chez Vassili). Comme c'est des vétérans de Tarifa, ils nous ont tout expliqué sur les canas et les croquetas. Miam miam.

Et le lendemain, on est parti Place du vent, pour faire une balade en bord de mer, qui s'est finie dans une étrange forêt de roseaux.

Mais malheureusement les vacances étaient trop courtes, et on a dû repartir trop tôt, beaucoup trop tôt à mon goût.

Si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à vous enfuir à Tarifa. La ville volera votre coeur ; et si vous trainez dans le bar le plus branché, vous aurez peut-être vous aussi la chance de voir Leila, avec ses chaussures vertes...


Tarifa

(petit clin d'oeil à mon précédent billet : un petit chardonneret chanteur, dans la maison voisine de notre hôtel)

Tarifa


Tarifa


Tarifa

Fred à Tarifa

(Fred était malade. Mais avec un turban ça allait mieux).

Tarifa


Tarifa

DSC01544