Pages

vendredi 25 décembre 2009

Joyeux Noël

Joyeux Noël à tous et à toutes ! Ici, à Fès, apparemment personne ne sait que c'est Noël aujourd'hui.
(et au Maroc le
nouvel an était la semaine dernière...)

Joyeux Noël ! Lapin de Noël à lunettes et chien déguisé en renne trouvés sur Fill(es) with color.

dimanche 6 décembre 2009

La vie à Fès : Une promenade dans l'Atlas

Parfois, on aimerait juste être ailleurs; aller loin et voir de nouveaux horizons.

Pour moi, en ce moment, c'est pas trop possible. Beaucoup trop de travail.

Et si je quitte Fès, c'est juste pour aller à Casablanca ou à Rabat - pas vraiment les meilleurs endroits pour décompresser.

Alors, au lieu de me promener dans les montagnes de l'Atlas, je me promène dans l'Atlas, dans la ville nouvelle de Fès.

Le quartier de l'Atlas est un de mes coins préférés à Fès. C'est un quartier populaire, vivant et coloré -mais surtout, c'est le quartier de la bouffe, avec pleins de petits restaux, d'épiceries et de marchands de fruits et légumes.

Quartier de l'Atlas, Fès

Quartier de l'Atlas, Fès

ça, c'est du khlie, de la viande de boeuf salée, séchée, et ensuite conservée dans la graisse de l'animal. C'est un produit délicieux, et cher.

Quartier de l'Atlas, Fès

L'Atlas, Fès

(souvent, c'est difficile de prendre des photos dans la rue au Maroc. Il faut demander la permission avant de prendre une photo - enfin, c'est mieux, c'est plus poli. La plupart des gens acceptent, mais parfois, non, comme ce marchand de légumes. Trop tard, j'avais déjà volé cette photo.)

Quartier de l'Atlas, Fès

A côté de la CTM, il y a un vieux libraire, qui a une boutique en plein air. J'y achète des revues européennes d'occasion pour 5 dirhams.

Quartier de l'Atlas, Fès




Quartier de l'Atlas, Fès


Quartier de l'Atlas, Fès



Quartier de l'Atlas, Fès



Et parfois, quand on ne peut pas être ailleurs, on peut toujours rêver qu'on est ailleurs...

Quartier de l'Atlas, Fès

dimanche 29 novembre 2009

Ouled Emgatel sous le soleil, et une promesse de retour

Le temps s'étire doucement au Maroc, décembre arrive, et le soleil brille toujours aussi fort, et il ne pleut toujours pas.


image5

C'est un soulagement pour nous - on a pu refaire la maison tranquillement -, mais un mauvais signe pour les agriculteurs.

L'année dernière à la même époque on était dans la pluie et la boue depuis deux mois, on avait dû dire au revoir à notre chère maison, et on vivait à l'hôtel...

Maintenant on est tranquille, dans notre appartement confortable, mais on vit toujours aussi peu dans la maison d'Ouled Emgatel (à part un week-end avec des amis français qui vivent dans une yourte et qui ont trouvé que notre maison était un vrai palais).

Mais on reviendra.

image7

(Et pour la route une dernière photo de la maison toute cassée...)

image9


mardi 27 octobre 2009

Les Hamadchas de Fès : Transmission d'un héritage précieux

Ils ont entre dix et quinze ans.
Ils sont fassis.
Leurs grands-pères et leurs arrières-grands-pères appartenaient à une confrérie soufie marocaine, les Hamadcha.
Leurs pères aussi.

Mais leurs pères ne les ont jamais encouragés à suivre cette voie, la voie du soufisme Hamadcha.

Il fallait l'énergie de ces adolescents et la passion du maitre de la confrérie, Abderrahim Amrani Marrakchi, pour réinsuffler de la vie à cette confrérie qui disparait peu à peu.


Vous êtes prêts, vous avez votre djellaba, vos babouches et vos tarijas ? Oui ? Alors entrons dans cette maison de la médina...

Un jeune apprenti Hamadcha

Et laissons-nous emporter par le tourbillon de la musique Hamadcha (au fait, j'espère que vous aimez danser...)


Les apprentis Hamadcha

Les apprentis Hamadcha


image45

Abderrahim Amrani Marrakchi et les enfants

(et, si vous ne le savez pas encore, c'est avec cette confrérie-là que Fred travaille depuis plusieurs années, allez voir son site internet pour plus d'infos).

samedi 10 octobre 2009

Mariages à Ouled Emgatel

Donc, l'autre jour, quand on est arrivés dans notre maison d'Ouled Emgatel, Abdelali, le fils de Mohammed, s'habillait pour son mariage l'après-midi même.

Son garçon d'honneur a insisté pour que je prenne une photo d'eux devant notre magnifique voiture - qui aura par la suite un rôle de première importance dans le mariage.


Le marié

Ensuite on est tous descendus dans la ferme de Mohammed.

Et puis tout s'est passé très vite.

Le camion contenant les affaires de la mariée arrive d'abord -première surprise : un mariage, dans cette région du Maroc, c'est aussi un déménagement.

image13


Ensuite la mariée, qu'on apercevra seulement. Elle attend dans la voiture que tous ses meubles soient déchargés, et ensuite elle entre dans la pièce.

Voilà donc la voiture de la mariée numéro 1 - la fille de la ville. C'est la voiture d'Anas, le propriétaire des terres que la famille de Mohammed cultive.

La mariée est dans la voiture

(Ce charmant visage, c'est celui de Zineb, la petite sœur de notre ami Yacine. La mariée est camouflée à l'intérieur, un voile sur la tête.)

image28


Pendant tout ce temps, les hommes sont d'un côté - avec les musiciens.

Le coin des hommes

Et les femmes de l'autre - avec les meubles.

Le coin des femmes

(Au premier plan de cette photo on voit Mohammed, le chef de famille.)


Pas de photo des mariées cependant - elles n'assistent pas au mariage. Elles passent directement de la maison de leurs parents à la voiture et à la pièce où elles vont passer le reste de leur vie.


Pas de mariage marocain sans musique et danseuse évidemment.

Mariage marocain

Ici la danseuse, des billets de 200 dirhams distribués par la foule plein les mains - pour le "show". Ils lui seront par la suite échangés contre des pièces de 5 ou 10 dirhams.

(A un moment, ils ont mis cette natte en plastique par terre, et un des musiciens a commencé à se préparer, comme pour faire une acrobatie. Il s'est finalement élancé et a fait une roulade. Tout le monde était hilare. Selon Fred, les gens d'ici sont très sérieux, et ne font jamais de roulades. Bref. C'était étrange quand même.)

mariage à Ouled Emgatel

Thé au mariage de Redouane et d'Abdelali

image39



Et une fois que tout est fait, les meubles déchargés, la pièce aménagée (avec lit, armoire, vaisselle, tapis et canapés marocains), et la mariée installée, c'était parti pour le deuxième mariage.

Je vous la fait courte, puisque de toute façon la nuit tombait et que j'ai arrêté de prendre des photos.

Voici le marié n° 2, Redouane, le grand frère d'Abdelali.

Redouane, un des deux mariés

Pas aussi chic qu'Abdelali. Il faut dire que son mariage est beaucoup moins prestigieux. Il se marie avec sa voisine.

Honnêtement, on était un peu surpris de le voir se marier parce qu'il a plutôt un caractère d'aventurier.

Mariage marocain


Redouane nous a demandé d'aller chercher la mariée - qui habite à 200 mètres - avec notre magnifique carrosse. Personne n'a de voiture ici, donc notre Fiat Uno était mieux que rien.

Là, c'était carrément le délire - les femmes sont entrées dans la voiture avec des bougies, et la foule nous a accompagné jusque chez Mohammed.

Et rebelote, déménagement, installation, etc.

Sans apercevoir une seule fois le visage de la mariée.

Voilà, ça, c'était un mariage marocain de la campagne. Chaque région a ses propres coutumes. A Fès, ça se passe pas du tout comme ça - à l'inverse, la mariée est le centre de l'attention, elle change de robe 7 fois. Et elle ne vient pas avec ses meubles, et c'est pas forcément un mariage arrangé,
Du point de vue des femmes, des mariées, ce mariage à la campagne m'a paru complètement horrible. C'est vrai qu'elles se préparent toute leur vie à cet événement. Mais quand même ... Je regarde la petite Hayat, et j'espère, j'espère, que les choses auront changé dans 10, ans, qu'elle pourra choisir, et dire non à son père et à son mari.

Le sourire de Hayat

lundi 5 octobre 2009

Un retour à Ouled Emgatel, et un adieu

Après un mois de rentrée bien chargé à Fès, on est enfin retournés à Ouled Emgatel.

Où on a constaté qu'il avait beaucoup moins plu qu'à Fès et que dans d'autres régions, et que donc tout va bien pour la maison.

image12

Et où on a également pu dire un dernier adieu à notre petit chat Mioche qui, après avoir survécu à deux intoxications alimentaires, à une attaque du chien du voisin et à une chute du deuxième étage de notre appartement, est mort tout bêtement à la suite de la négligence d'un vétérinaire.

image21

On l'a enterré sous un olivier.


Mais notre journée ne pouvait se terminer sur cette note de tristesse.

Dans notre maison d'Ouled Emgatel, Abdelali se préparait pour son mariage, l'après-midi même.

Et une demi-heure plus tard, on était pris dans le délire total d'un mariage marocain de la campagne - vous saurez tout dans quelques jours...

Mariage marocain

dimanche 27 septembre 2009

Endormi

Non, le blog n'est pas mort. Juste un petit peu endormi.

Mais il va se réveiller, très, très bientôt.

vendredi 14 août 2009

La vie autrement : les maisons en sacs de terre de Nader Khalili

Ça fait pas mal de temps que les maisons en sac de terre de Nader Khalili me font de l'œil. Je sais, je sais, notre budget construction est largement dépassé en ce moment.

Mais quand je vois ça :

ecodome

Ouh la la la la.

Nader Khalili est un architecte irano-américain qui a travaillé sur l'architecture lunaire dans les années 80 et a développé des constructions en sacs de sable, qu'il appelle "Super Adobe". Pendant la guerre du Golfe, il a travaillé avec le Haut commissariat pour les réfugiés et pour la première fois ses maisons ont été habitées, par des réfugiés iraniens - les maisons en sacs de terre résistent aux balles et aux bombes. Elles résistent aussi aux tremblements de terre, et les sacs de terre sont très isolants - comme les murs de notre maison en terre.

Mais surtout elles ont un look d'enfer.

village sacs

Un village au Mexique

Une maison en sacs de terre de Khalili


En plus ça a l'air facile à faire. J'ai même envie d'essayer (c'est dire). Et c'est pas cher du tout, puisqu'on utilise des sacs - en fait plutôt des gros boudins - de polypropylène ou de jute, qu'on rempli de terre du terrain où on construit.

Une maison pas finie en Inde


Sur le site de l'Institut californien d'art et d'architecture de la terre (Calearth), fondé par Khalili, on trouve des photos et des conseils. On peut même acheter y des sacs pour construire sa maison. Mais on peut aussi se procurer les sacs en France, dans les usines où ils sont fabriqués. Si ça vous dit, il y a un mode d'emploi sur ce site. Et plein de photos et de projet sur Earthbag Building Blog.


Une maison au Mexique


Alors, une maison en sacs de terre à Ouled Emgatel, c'est pour bientôt ? Je vous laisse juges.


--------------------------------------------------------------------------------------------


M : Eh regarde, je viens d'écrire un billet sur les maisons en sacs de terre.

F : Ah ouais je connais.

Il s'approche.

F : Waouh ! C'est terrible !

M : Ouais. J'adore cette photo de l'intérieur de la maison. (Soupir)

F retourne à son cours d'arabe. 10 minutes plus tard il revient avec un plan qu'il vient de dessiner dans les mains :

F : Où est-ce qu'on met la cuisine ?

----------------------------------------------------------------------------------------------

mardi 11 août 2009

La vie à Ouled Emgatel : 4 mariages et un convalescent

On a attendu la fin de la canicule pour rentrer à Ouled Emgatel. Là-bas, on a retrouvé une maison propre et en bon état (merci Fouad). Les travaux n'ont pas encore commencé, mais toutes les briques sont là, elles attendent patiemment qu'on s'y mette. C'est étrange de se promener dans la maison et sur le terrain après tous ces mois de vie à la ville. Bien sûr, la beauté du lieu surprend toujours, mais les étagères vides, les bouquins qui gondolent, la cuisine inutilisée depuis l'année dernière - sauf pour le thé quotidien de Fouad et Bachir -, tout ça rend un peu nostalgique.

image0

image29

On est rentré, en plus, le lendemain du mariage de Touria, une des filles de Mohammed. Cette année, Mohammed marie 4 de ses enfants, 2 filles et 2 garçons. La dépense que cela représente, avec les dots et les fêtes à préparer, est énorme. Et il faut dire que c'était assez étonnant, ce lendemain de fête, où la mariée est encore à la maison avec toute sa famille. Le soir même, elle allait rentrer dormir pour la première fois dans une autre maison que la sienne, et vivre pour toujours avec sa belle-famille - et avec un mari, que, bien sûr, elle n'a pas choisi.


Mais ça avait l'air d'aller, Touria. Pour la première fois, on la voyait sans ses habits de travail, habillée comme une fille de la ville - un voile léger sur ses cheveux bien coiffés, un pantalon assorti à un t-shirt, et des chaussures à talon. Dans une pièce de la maison de Mohammed, il y avait les cadeaux de mariage et toutes les choses que sa famille a achetées avec la dot que son mari lui a donné : lit, "farach" (capanés marocains), vaisselle, un mixer, un miroir et plein de couvertures, nappes, et couettes. Il y avait ses valises aussi, pleines de vêtements que je ne l'ai jamais vue porter.


Ses quatre sœurs, celle qui est déjà mariée, celle qui se marie dans un mois, celle qui se mariera dans quelques années et celle qui ne se mariera jamais, tournaient autour d'elle comme des abeilles, inspectaient les cadeaux. Dounia, pour qui c'est le tour très bientôt, et qui est bien plus jeune que Touria, était sur son trente-et-un elle aussi. Dans un mois elle partira vivre à Fès. Elle avait un petit rire nerveux quand on lui posait des questions sur son futur mari. Quand à Houria, elle perd deux soeurs d'un coup, mais récupèrera deux belles-soeurs le mois prochain.


Celui qui avait l'air parfaitement en forme par contre, c'était Abdelali. Tout lui sourit en ce moment: politique, tracteur, terres. Et à la fin du Ramadan, il se marie avec une fille de la ville - symbole le plus éclatant de sa réussite, puisque d'habitude les filles de Fès ne se marient pas à la campagne.


image2

Et le convalescent ? C'est notre cher Bachir, bien sûr. Il a eu un examen de contrôle à Rabat la semaine dernière - plus que sommaire, hum -, et apparemment tout va bien. Il n'est toujours pas en état de travailler, mais il récupère tout doucement.


image9

Ouled Emgatel

image10
Alors si quelqu'un connait le nom de cet arbre à la croissance vraiment exceptionnelle - il y a un an et demi ce n'était qu'une toute petite pousse ridicule - et qui est un des seuls arbres qu'on a plantés qui se sente vraiment à l'aise à Ouled Emgatel, je suis preneuse. On en voit plein dans les rues de Fès. Fred a récolté des graines et les a mises dans un petit turperware avec du coton humide, mais je doute que ça donne quelque chose...

vendredi 24 juillet 2009

Des nouvelles de Fred

Ah bah oui, au fait, pendant que je fonds à Fès sous la canicule, qu'est-ce qu'il fait Fred?

Il fait des trucs par ici...

DSC00966

(une émission de contes pour le Ramadan)

DSC00970

... et, étonnamment, par là.

Femmes du Maroc... le numéro avec Fred dedans

(aux côtés de Sami Yusuf, l'idole des filles, il répond à la question "Qu'est-ce que le sacré?)

Fred dans Femmes du Maroc