Pages

mardi 2 août 2011

Dans la vallée rouge

Pour changer d'Ouled Emgatel... allons faire un petit tour au sud de Fès, près de Boulemane, dans la vallée rouge.

Le paysage est très différent de chez nous. Sans parler de l'architecture, toute de pierre :

DSC02287

Ici, c'est le pays du bois...

DSC02290

du fer (rouge foncé sur la photo),

DSC02293

et du sel.

DSC02360

Bref. Donc, je disais, la vallée rouge. On y est presque :

DSC02295

La voilà enfin. Elle est habitée par des dizaines de pigeons qui nichent dans la terre.

DSC02297

L'érosion à l'oeuvre.

DSC02298

Ensuite, retour au gîte, sous un ciel d'orage.

DSC02302

(Si un séjour dans le gîte de Said près de Boulemane vous intéresse, contactez-moi à fredetmarieaumaroc [at] gmail.com)


DSC02304

dimanche 31 juillet 2011

Récolte

Qui a dit... tout vient à point à qui sait attendre ?


Et bien c'est vrai.

DSC02463


Les deux premières figues de notre jardin. Arbre planté en 2008 et dévoré à de multiples reprises par de gourmands moutons. A finalement donné ses premiers fruits en 2011. Made in Morocco.

jeudi 28 juillet 2011

Quelques images d'Ouled Emgatel

... qui datent un peu. Mais on peut quand même voir

DSC02227

que notre arbre a désespérement besoin d'être taillé (des volontaires ?)

Une autre photo pour se rendre compte du géant qui envahit notre jardin :

DSC02225

DSC02231

une fissure, c'est normal, ça va être réparé.

DSC02235

Des livres bien rangés, et désormais protégés des souris par...

DSC02184

... le/la Titi? Il y a confusion des genres. Et le chat est trop farouche pour se laisser approcher.

DSC02243

Une collection d'instruments.

DSC02257

L'électricité. Et oui.

DSC02192

Et la petite Hayat, qui a bien grandi. Et qui, à l'occasion, fait tomber des oranges dans notre citerne.

En parlant de citerne...

DSC02202

Elle nous servira toujours, mais maintenant on est relié au puits - pas le nôtre, un autre, un mieux - par cette bête-là.

DSC02241

Qui veut prendre une douche à Ouled Emgatel ?



samedi 14 mai 2011

Un peu de magie

Des immeubles de yaourts ? Des bus ? La montagne ? Nous sommes dans la gare routière de Ouezzane, en route vers la ville sainte du Rif, Chefchaouen l'andalouse.


DSC01902


Après, les routes sinueuses de montagnes. Et la nausée.

Et puis, enfin,  Chefchaouen. Et là, déception. La ville, étalée sur le flanc de la montagne, a l'air toute grise et tristounette.

Mais ce n'est qu'une illusion.  Chefchaouen  a  le pouvoir d'adoucir les plus endurcis d'entre nous.

Vous en doutez ? Regardez plutôt.

DSC01867



DSC01873

La couleur, vive et omniprésente.

DSC01875


 DSC01892

Le fromage local se décline en petit-déjeuner et en salade.

 DSC01872


DSC01851

Les chats sont partout. (En arrière-plan, la kasbah et le fameux minaret hexagonal de la grande mosquée)

DSC01886


DSC01883


DSC01877


DSC01885


DSC01881


La magie s'est poursuivie la nuit tombée.  Et nul besoin de consommer la spécialité locale pour faire des expériences étranges.

Il suffit juste d'entrer dans un restaurant.

Et de regarder autour de soi - et au-dessus aussi.

DSC01863


DSC01859

Convaincus ?

jeudi 14 avril 2011

Al Halqa, dans le cercle du conteur : écoutez, regardez.

Avant-hier, nous sommes allés voir le film qui inaugurait la semaine du documentaire de Fès. Cela s'appelait Al Halqa, et c'est l'oeuvre de l'allemand Thomas Ladenburger, qui a filmé, sur le cours de quatre années, la vie d'un conteur de la place Jamaa el Fna, à Marrakech.

Le halaiqi n'est pas un conteur comme un autre : il raconte en plein air, essayant de retenir l'attention et de constituer un cercle d'auditeurs, qui, à la fin, donnent ou non une petite pièce.

Le conteur et son fils- photo Thomas Ladenburger

La halqa, pratique fascinante, est pourtant mise en péril. D'ailleurs, depuis la fin du film, son héros, Abderrahim El Maqori, ne raconte plus sur la grande place de Marrakech. Elle a trop changé ces dernières années. Trop de bruit, à cause de tous les musiciens, qui auparavant restaient dans leur coin, et envahissent aujourd'hui toute la place.

Et pourtant, la halqa a été inscrite au patrimoine immatériel de l'Unesco - on peut voir une vidéo ici.

Il fallait que quelqu'un fasse ce film, qui ne semble malheureusement pas intéresser la télévision et les festivals français. C'est bien dommage.

Voici  donc un extrait du magnifique film de Ladenburger. Cela commence avec un conte, et puis, on plonge (vers 3'40) dans l'intimité du conteur, qui apprend son art à Zohair, son fils adolescent - baptisé ainsi parce que, le jour de l'accouchement du sa femme, il racontait l'histoire du roi Zohair...





Pour en savoir plus, allez sur le site du film : Al Halqa.

mardi 29 mars 2011

Une maison en terre au Maroc : Le (futur) palais d'Ouled Emgatel

Et voilà, enfin, j'y suis retournée, et j'ai vu de mes propres yeux l'avancement des travaux de notre maison en terre marocaine.

Et ça valait le coup, croyez-moi.

Arrivée sur le chemin, enfoui dans le champ de blé, et comme un ruisseau est né dans le creux du terrain, on doit abandonner la voiture à quelques dizaines de mètres de la maison.

Arrivée à Ouled Emgatel

La maison en terre

J'ai tout d'abord dû composer avec le nouveau gardien de la maison, moins commode qu'il n'y parait -mais d'une grande efficacité : plus une souris en vue, nos livres peuvent enfin respirer.

Titi, gardien de la maison

Finalement, j'ai pu visiter la maison, avec ses nouvelles pièces, son allure transformée, et le trou béant qu'il a fallu creuser pour protéger notre petit domaine des pluies agressives.



Chez nous


Notre maison en terre au Maroc

La terrasse

La maison

Notre chambre, qui sera, je n'en doute pas, magnifique une fois terminée - elle est dotée d'une baie vitrée qui donne sur les majestueux oliviers voisins.

Notre future chambre

La maison en terre et l'âne de Bachir

N'oublions pas nos tous jeunes et fragiles oliviers, maintenant protégés par une barrière végétale construite par notre voisin.

Un de nos jeunes oliviers


Pour comparer, la maison en 2008 (prise en photo au mois de juin, après que la moisson).

Our mudbrick house in Morocco

Et maintenant.

Notre maison en terre

dimanche 6 mars 2011

Hassan al Wazzan-Léon l'Africain, les photos

Mardi soir, c'était donc la première de Hassan al Wazzan, Léon l'Africain, une pièce écrite par Anouar Al Mortaji et mise en scène par Bousselham Daif.

Fred y tenait le rôle principal, celui de Hassan/Léon, un homme au destin extraordinaire. (Si ça vous intéresse, lisez son histoire ici).

Je suis donc allée voir la pièce, ce soir-là à Meknès.


DSC01926

DSC01910

Alors, ça commence dans un aéroport...

DSC01932


Les comédiens au grand complet : de gauche à droite, Benaissa El Jirari, Mostapha Khalili, Frédéric Calmès, Réda Benaïm, et Maha Zerouati.

DSC01933

DSC01936

Hassan Al Wazzan et les "fous" :

DSC01941

Puis, il se rend en Afrique noire avec son assistant, et rencontre des chefs de tribu. Celui-ci est musulman :

DSC01952

Et celui-là (à gauche) est chrétien :

DSC01953



DSC01935

DSC01946

Ah tiens, voilà le pape :

DSC01963

Et voilà, Hassan Al Wazzan se transforme en Léon l'Africain :

DSC01976


DSC01972


Et il danse...

DSC01992


Il danse...

DSC01989

... à côté de sa femme, Jemina.

DSC01993

Et c'est fini.

DSC01997

Encore une fois, bravo à tous !

DSC02000

Et aussi au metteur en scène, Bousselham Daif.

DSC02001