Pages

mardi 28 octobre 2008

Une maison de rêve - et pas de route pour y aller

Cela fait bientôt trois semaines que nous vivons à l’hôtel… et on y est pour encore un petit bout de temps.
Les fortes pluies de ces dernières semaines ont endommagé la route qui mène à notre maison. Bon, d’accord, ce n’est pas exactement une route – plutôt une piste. Cette piste est maintenant recouverte de boue, qui n’est pas un problème quand elle est sèche. Mais quand il pleut… on s’embourbe… et il faut espérer qu’un tracteur soit dans les parages.

Donc voilà. C’est une drôle de situation. Un peu absurde. Trois pistes mènent à notre maison. Mais toutes sont impraticables dès qu’il pleut.


C’était prévisible, me direz-vous? Et bien non. Cela fait des décennies qu’il n’a pas autant plut au Maroc.
Heureusement que nous avons des amis fidèles à Ouled Emgatel, qui s’occupent de la maison et donnent à manger aux chats.

Et ne vous inquiétez pas – la maison tient le coup !



Depuis le début du mois d'octobre, il pleut au Maroc comme il n’a pas plut depuis 30 ans. Des dizaines de personnes sont mortes dans le nord et le sud du pays, noyées ou frappées par le tonnerre. Ici, à Ouled Jamaa, de nombreuses maisons construites près du fleuve Sebbou ont été complètement innondées. Et pire – selon les météorologues, d’autres pluies dévastatrices sont à prévoir pour les semaines à venir.

samedi 18 octobre 2008

Trop loin d'Ouled Emgatel

Désolée, mais j’ai pas eu trop le cœur à bloguer ces derniers temps… Trop de travail, trop de jours passés loin de la maison et surtout trop de pluie… Entre autres… Mais ne désespérez pas, vous aurez de nos nouvelles bientôt !

Et pendant ce temps, à Ouled Emgatel, on fait la récolte des olives…



dimanche 5 octobre 2008

Renouveau




La pluie a fait naître ces brins d’herbe, les premiers après 4 mois d’été… 

samedi 4 octobre 2008

Après le déluge - les photos

Quand nous sommes rentrés de Fès samedi dernier, l’orage est arrivé en même temps que nous.

Nous avons laissé la voiture chez un voisin, la piste qui mène à notre maison étant absolument impraticable par temps de pluie.

Et voilà dans quel état je suis arrivée à la maison.A ce moment-là, je pensais que le pire était derrière nous…

Et ensuite il a encore plu, plu, plu et replu…

 

Transformant le paysage…

 

Et la maison...

Créant un torrent pour une nuit…

 

Rendant les routes impraticables… sauf pour la chienne Lisa, qui nous accompagne toujours sur quelques kilomètres quand on va à Fès (à croire qu'un jour elle y arrivera en même temps que nous...), et que la boue n’a pas trop perturbée.