Pages

jeudi 26 mars 2009

Angham, et le plus célèbre habitant d'Ouled Emgatel



Oui, Fred sur Angham, parlant des Hamadcha en arabe, essayant de ne pas être trop déstabilisé par les blagues du comique à sa droite.
Ou, comment il est devenu célèbre...

jeudi 19 mars 2009

La vie à Fès : un déménagement, et une montagne

Pffiouh… Excusez le rythme chaotique du blog ces derniers temps, mais, voyez-vous, on a encore déménagé.

Ce n’est pas que Saada - le quartier où nous habitions - ne nous plaisait plus. Ce n’est pas la tranquillité de ce quartier, où la vie est un peu comme dans la médina de Fès, qui nous a lassés. . Ce ne sont pas non plus les cris du voisin alcoolique, la vétusté de la cuisine ou l’absence de baignoire dans l’appartement qui nous ont chassés.


Non, rien de tout ça.

C’est encore un coup de la pluie.

Qui a littéralement fait moisir l’appartement.

Je vous laisse imaginer (pas de photos, je ne veux pas vous indisposer).

Un déménagement plus tard, tout va bien (et, au fait, il ne pleut plus… du tout…).

Et maintenant, de ma cuisine, je peux voir le mont Zalagh - rien qu'un petit bout, mais quand même.

On le voit mieux quand on monte sur le toit.

Et, même si on est loin d’Ouled Emgatel, ça nous réchauffe le cœur.

Parce que, sur le mont Zalagh, il y a…

… une route.

Et au bout de cette route il y a…

… une maison (photo prise avant les pluies, évidemment.)

mardi 3 mars 2009

Une promenade dans le mellah de Fès, et des lunettes

C’est là qu’on les trouve, au fond de cette impasse, à côté de ce petit hôtel, dans le mellah de Fès

 

Elles nous font de l’œil, elles nous font pitié, elles nous amusent....


Et elles auraient bien besoin d’un bon docteur.

 - Vous pouvez faire une promenade virtuelle dans le Mellah de Fès en cliquant ici. Promis, vous ne le regretterez pas, et, en regardant bien, vous verrez peut-être nos chères éclopées…

dimanche 1 mars 2009

Elles aussi, elles ont un docteur

Théières estropiées, désossées, démembrées, amputées d’un bec ou d’une patte (parce que, par exemple, on les a mises sur le feu sans les avoir remplies d’eau – ce qui ne m’est jamais arrivé de faire), venez vite, approchez, regardez, là, au coin de la rue, il est là.

Le docteur.

 

(En tout cas, aucune chance d’apercevoir ça par la fenêtre à Ouled Emgatel – et dire que j’y ai laissé toutes mes théières fatiguées…)